Le traitement des ordures ménagères

Depuis janvier 2019 (suite au nouveau marché public de collecte et traitement des déchets ménagers), les ordures ménagères sont traitées par incinération à l’UVE (Unité de Valorisation Energétique) Salamandre à Lâsse (49).

Chaque année, l’UVE produit grâce à la valorisation des déchets ménagers, 60 000 MWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville de 30 000 habitants (Saumur).

96 % DE DÉCHETS VALORISÉS À L’UVE

Chaque année, l’UVE traite en moyenne 110 000 tonnes de déchets ménagers et assimilés. Au final, 96 % des déchets entrants sont valorisés. Seuls 4 %, résidus et poussières récupérés sous forme de réfiom grâce au traitement des fumées, sont envoyés en installation de stockage.

VALORISATION ÉNERGÉTIQUE : ENVIRON 77 %

Grâce à la chaleur issue de la combustion des déchets, l’eau de la chaudière est transformée en vapeur. Celle-ci est projetée sur la turbine, qui entraine un alternateur. Environ 77 % des déchets sont ainsi transformés en électricité.

VALORISATION MATIÈRE : ENVIRON 19 %

Les mâchefers
En sortie de four, les résidus solides sont récupérés : il s’agit des mâchefers, constitués de la partie minérale des déchets. Ils servent de remblais en technique routière.

Les ferreurs et non-ferreux
Parmi les mâchefers, on extrait également des matériaux de grande valeur : les ferreux et les non ferreux. Ils sont envoyés en aciérie afin d’être recyclés.

Plus d’info sur http://www.sivert.fr/

Depuis 1993, les ordures ménagères produites sur le territoire du SISTO étaient traitées par enfouissement, d’abord à La Chapelle Hullin, puis à Champteussé-sur-Baconne.

Une fois collectées par les camions de collecte, les ordures ménagères étaient transportées jusqu’au Centre de Stockage des Déchets Ultimes (CSDU) de la SEDA à Champteussé sur Baconne. Ouvert en 2005, le CSDU a une superficie de 11 hectares.

La procédure d’accueil des ordures ménagères:

En arrivant au centre de stockage, les déchets sont soumis à un contrôle dès leur entrée sur le site. Les déchets acceptés sont dirigés vers la zone de stockage, où ils font à nouveau l’objet d’un contrôle.

La zone de stockage est constituée de casiers distincts comportant chacun des alvéoles de petites tailles afin de réduire l’exposition des déchets à la pluie. Les zones en activités sont compactées, recouvertes régulièrement et entourées de filets pour éviter tout envol.

Les alvéoles sont totalement étanches pour éviter toute pollution des eaux souterraines grâce à 2 types de sécurité (active et passive). L’étanchéité du fond et des parois des alvéoles est obtenue par des matériaux naturels, selon les normes d’imperméabilité très stricts. Elle est renforcée par une géomembrane et un géotextile de protection.

Les déchets sont déposés dans les alvéoles par couche de 50 cm d’épaisseur. Ils sont nivelés, compactés et recouverts quotidiennement avec un matériau inerte. Plusieurs couches de déchets sont étendues les unes sur les autres jusqu’à atteindre la capacité de stockage maximale du casier.

Chaque alvéole est équipée d’un réseau de drains permettant d’évacuer les eaux (lixiviats) ayant percolés dans le massif de déchets. L’ensemble des effluents produits par le centre de classe 2 sont collectés et traités :
–          les lixiviats et les eaux de pluie sont collectés et traités en station d’épuration,
–          le biogaz, généré par la fermentation des déchets, est collecté afin d’être valorisé sous forme d’énergie.

Une fois les casiers remplis, ils sont recouverts de géotextile, d’argile et de terre, puis revégétalisés pour permettre une intégration paysagère du site dans son environnement.

La valorisation du biogaz:

Le principe repose sur la biodégradation des déchets ménagers qui produit du biogaz. Auparavant, le biogaz était brûlé grâce à une torchère. Le centre d’enfouissement est maintenant équipé d’un système de valorisation du biogaz.

Le biogaz contient environ 40% de méthane (gaz combustible). Il est capté puis utilisé pour faire tourner un moteur qui produit ainsi de l’électricité. Cette électricité est ensuite revendue à EDF.

La valorisation des lixiviats:

Les lixiviats (eaux issus des déchets) et eaux de pluie sont collectés et traitées en station d’épuration.