Dépôts sauvages, des incivilités inacceptables

Est-ce normal de retrouver quotidiennement des ordures ménagères et autres déchets aux pieds des points tri ?

Les dépôts sauvages (ou dépôts de déchets en dehors des contenants prévus à cet effet, sans respect des consignes de tri ni des lieux de dépôts) sont, dans l’esprit, intolérables, et dans les faits, illégaux. Ce type d’agissement expose ses auteurs à une contravention de 5ème classe tel que prévu à l’article R 635-8 du Code Pénal (jusqu’à 1 500 € d’amende et confiscation du véhicule ayant servi au transport des déchets).

Ce type d’incivilités a pour conséquences de nuire à la propreté publique, de rendre désagréables les lieux pour les personnes qui trient correctement et d’occasionner d’éventuels accidents (envols, pollution, entrave à la circulation des piétons et véhicules, …). Le nettoyage des dépôts sauvages a également d’importantes conséquences financières, répercutées sur la facture de redevance incitative. 

Durant le mois de février 2019, 26 personnes responsables de dépôts sauvages ont été identifiées.

Pour rappel, les gros cartons bruns (cartons de jouets, colis, et autres), bidons de combustible, végétaux, cagettes en carton et bois, appareils électriques, et autres déchets encombrants et dangereux, sont à déposer en déchèterie.

La carte déchèterie dont dispose l’ensemble des usagés du SISTO permet d’accéder aux 3 déchèteries du SISTO, sans limitation du nombre de passage.

Consignes tri