Comment réduire mes déchets ?

à la maison 
  • Je colle un Stop pub sur ma boîte aux lettres (disponible sur demande auprès du SISTO ou des mairies) et j’économie près de 40 kg de papier par an.
  • Je vends ou je donne mes vêtements ou objets dont je ne me sers plus (vides grenier, sites internets spécialisés, …). Je pense également achat d’occasion lorsque j’ai besoin de quelque chose (voir les associations de l’économie sociales et solidaires locales.
  • Je loue ou j’emprunte du matériel que je n’utilise qu’occasionnellement.
  • Je répare ou fait réparer mes objets en panne ou cassés.
  • Je bois l’eau du robinet (qui coûte jusqu’à 200 fois moins chère que l’eau en bouteille et réduit significativement ma quantité de bouteilles en plastiques).
  • J’utilise des piles rechargeables. 
  • Je fais moi-même mes produits d’entretien (lessive, multi-usage, …) et cosmétiques (dentifrice, déo, …). Je connais ainsi mieux la composition des produits que j’utilise et je réduis les emballages.
Kit entretien DIY
à la cuisine 
  • Je planifie les repas.
  • Je dose les quantités selon le nombres de convives.
  • Je conserve les restes de repas dans des boîtes hermétiques pour les consommer lors d’un prochain repas. Je congèle pour allonger la durée de vie de certains aliments.
  • Je cuisine les restes avec de nombreuses recettes disponibles dans les livres de cuisine ou sur internet.
  • Je range le frigo selon les zones de froid pour respecter les conditions de conservation des différents produits.
  • Je classe les aliments selon leurs dates de péremption. Je fais la différence entre DLC (Date limite de consommation ou « à consommer jusqu’au – sur les produits frais) et DDM (Date de Durabilité Minimale ou « à consommer de préférence avant le » – sur les produits secs peu périssables).
  • Je teste la cuisine de certaines épluchures dans de nouvelles recettes (tarte aux fanes de radis par exemple).
  • Je composte les restes de repas et épluchures qui ne peuvent pas être conservés et consommés, ou je les donne aux animaux (poules, etc).
Epluchures compostage
pendant les courses
  • Je prépare une liste de course afin d’éviter les achats superflus.
  • Je vérifie les dates de péremption : si j’ai bien planifié mes repas, je peux m’assurer que le produit sera consommé à temps.
  • J’achète en vrac avec mes propres contenants (sacs à vrac, boites hermétiques, bocaux, …) pour ne pas avoir d’emballages à jeter.
  • Je choisis des éco-recharges (savon, …).
  • Si cela sera consommé en grande quantité, j’opte pour les formats familiales, avec moins d’emballages que les petites portions.
  • Lorsque j’ai le choix pour un même produit, je prend celui qui a le moins d’emballages et je paie souvent moins cher que son équivalent suremballé.
  • Je repère les produits labellisés qui garantissent notamment un impact environnemental moindre (label NF Environnement, Ecolabel européen, AB, Ecocert, etc).
  • Produits locaux, circuits courts (marchés de producteurs, etc.), produits de saison, produits bio, je suis sûr que mes produits sont de meilleures qualités (plus de fraîcheur, moins d’impacts environnementaux, …)
Courses vrac
au jardin 
  • Je conserve mes végétaux et le recycle dans mon jardin.
  • Je composte mes déchets végétaux (feuilles mortes, résidus du potager, …) et mes déchets de cuisine (épluchures, restes de repas, …). J’utilise ensuite le compost produit pour apporter de la nourriture au sol et aux plantes.
  • Je mulche ma pelouse : je ne ramasse pas la tonte mais la laisse sur place. En se décomposant, le pelouse nourrit le sol.
  • Je broie mes branchages pour en faire du broyat et je paille avec.
  • Je paille mon potager et mes haies: j’étale au pied des plantes sur quelques centimètres pelouse, feuilles mortes, broyat, paille, etc. Grâce au paillage, je protège le sol, je nourris les plantes et j’accueille la biodiversité.
  • J‘accueille la biodiversité dans mon jardin. Hôtel à insectes, tas de branchages, bassin d’eau, haies champêtres, etc, grâce à ces installations, j’attire les auxiliaires au jardin qui m’aideront à lutter contre les nuisibles.
  • Je jardine au naturel: avec de nombreuses solutions naturelles et adaptées, j’évite d’utiliser des produits phytosanitaires et solutions agressives pour la biodiversité.
  • J’installe des récupérateurs d’eau et j’arrose mon jardin avec l’eau de pluie.
En sortie
  • Je n’oublie pas mes bons réflexes de la maison: j’emporte un gourde d’eau du robinet, je trie mes déchets (bouteilles, canettes, …), je ne jette pas de déchets par terre ou la fenêtre de la voiture, ….
  • Lors des pique-niques, je pense aux ustensiles réutilisables: serviettes en tissu, vaisselle réutilisables, boîtes de conservation, gourdes, …
  • Je prépare moi-même mes repas à partir de produits frais que je transporte dans des boîtes ou un emballages en tissu (furoshiki), plutôt qu’acheter des produits tout prêts et emballés.
  • J’opte pour des places dématérialisés et des abonnements.
  • Pour offrir un cadeau, je pense à l’achat d’occasion. J’emballe mon cadeau avec un emballage réutilisable (par exemple avec un foulard en tissu qui devient également cadeau – furoshiki). Je privilégie les cadeaux « événements » (bon pour un soin, activité sportive, place de concert, …) plutôt que des cadeaux matériels.
  • Je participe au ramassage des déchets dans la nature (mégots,…).
  • J’opte pour du matériel sportif de seconde main (vélo, roller, …).
Crédit photo: source internet
au travail 
Réunion responsable